Dessine-moi un chapiteau 2007- Mots d’artistes

Les mots, les écrits des artistes

sur leur travail, leur recherche,

le monde, leur révolte, leur paix,

en vrac.

Lumière… Musique… Que la Fête commence et tout devenait possible – Du clown blanc mélomane à l’Auguste maladroit, du lion menaçant aux panthères attentives, du vol du trapéziste aux jongleries multiples, le silence respectueux faisant suite aux rires libérés, l’émotion précédait la peur du risque… et tout finissait par un rêve renouvelé et renforcé.
                        Le Cirque bien sûr…
Comment alors ne pas encourager le projet « Dessine-moi un chapiteau ». Que chacun puisse à sa façon faire renaître l’émotion. Emotions d’enfance bien-sûr, elles nous sont chères mais pas uniquement. Emotion de l’esthétique du mouvement, le trapéziste, émotion du rire, l’Auguste, émotion du risque, le lion…
Comment alors ne pas soutenir le projet « Dessine-moi un chapiteau » pour regrouper dans la diversité les modes d’expression individuels, collectifs, qui nous feront partager… l’émotion toujours. Musique, peinture, spectacles, photographies… seront les outils de cette expression… pour la rencontre.
Parce que le cirque, l’émotion, c’est la rencontre de ceux qui gardent quelque part un regard d’enfant, mais aussi un regard d’adulte sur ces choses si profondément inscrites en nous et que l’on aime, de temps en temps, sentir affleurer à fleur de cœur.
Nous serons présents, au gré du temps permis, pour goûter mais aussi reconnaître l’énorme travail des organisateurs – travail de titan… les jeux du cirque en quelque sorte.
Qu’ils en soient profondément remerciés.
.
Jean- Jacques Ladet , maire de Mably.
.

 

Bravo l’artiste !
Bravo l’Auguste ! Bravo les clowns ! L’équilibriste ! L’écuyère ! La trapéziste ! Le dompteur ! Les magiciens ! Les musiciens !
Ils seront tous là sous le chapiteau, sous la toile
et les autres aussi sur la toile.
Bravo les peintres ! Tous : de tous les âges, de toute sensibilité, grands ou petits,
Amateurs et professionnels connus et reconnus
Et tous les autres aussi, artistes d’art du cirque, d’art plastique, des arts vivants.
J’avais jadis souhaité cette union, merci Monsieur Maurice GAY de l’avoir faite.
Dessine-moi un chapiteau de Maurice GAY et de tous ses amis, est un évènement rare, une rencontre exceptionnelle autour d’un thème attractif, source d’inspiration renouvelée et partagée par tous les artistes et le public ; moment culturel et populaire source de joies, de plaisir, de détente.
Les municipalités participantes l’ont bien perçu,
c’est aussi le monde MAGIQUE du CIRQUE
Pour ce que le cœur a de magique.
.
Alain Pierson, Adjoint à la culture, municipalité de Roanne. 
.
.
« Autrefois, j’allais au Louvre pour voir les peintures et je les trouvais plus belles que la réalité. Maintenant, j’y vais pour regarder les gens qui les regardent ! Ils sont tellement plus extraordinaires. »      Giacometti
 
————————-
 
 
« La peinture est une chose beaucoup trop difficile et beaucoup trop complexe pour qu’on n’y consacre pas tout son temps »  Matisse
 

————————————-
 
QUEL CIRQUE !!!

 

Plein de marmots                                               Au grand galop
Arrivés tôt,                                                      Les beaux chevaux
Le chapiteau                                                    Sont sans défaut
Est rigolo !                                                       Alors bravo !
Monsieur Loyal                                                  Comme ils nous plaisent
Et les cymbales                                                 Volant sans cesse
Donnent le signal                                               Tout à leur aise
Du récital !                                                       Ceux des trapèzes !
C’est l’acrobate                                                 Les éléphants,
Fil sous les pattes                                             Pas triomphant
Qui court sans hâte                                          Trompe en avant
Et nous épate !                                                Semblent géants.
Tous les félins                                                  Et les chameaux
Semblent câlins                                                Des pays chauds
Et les gamins                                                   Au petit trot
Frappent des mains !                                         Rient amicaux.
L’équilibriste                                                     Gestes aériens
Domine la piste ;                                               Très comédien
C’est un artiste                                                 Le magicien
Notre Baptiste !                                                Fait tout de rien !
Voilà le clown                                                   Lumières en gerbes
Un peu maboul                                                  La foule se lève…
Allez ! Atchoum                                                Superbe rêve
Et badaboum !                                                  Qui s’achève…
Lisette Barnay.(11 mars 2007).
 
               Parce que les camions sont trop gros, parce que la publicité pour toutes les
sortes de marchandises m’insupporte, parce que le travail est souvent
décérébralisant, parce que vivre ne se peut ainsi, et puis aussi j’en ai marre
d’être pris pour un con parce que je suis, soit disant, une minorité………
Parce que les trains du Massif Central disparaissent, parce que l’eau des
ruisseaux coule sale, parce que le paysan ne peut se maintenir sur une terre
petite et aimée, parce que la valeur sport respire le fric à vomir, parce que
l’architecture n’est ni d’aujourd’hui, ni d’avant, elle est juste rien, elle est
juste l’isolement du propriétaire sur son terrain sans âme. Où est l’âme ? l’âme
est si pâle qu’elle est juste un mot de littérature pour l’élite……
Et puis enfin, si un poète te conseille de le suivre, tu peux l’écouter, parce
que en avoir vraiment marre de tous les marchands du temple fait que tu arrives
à te regarder dans le miroir et c’est aussi la condition humaine.
Puisque, et parce que vous étiez porteur d’idées, faucheur de prés, démonteur de
bâtiments somme toutes bien quelconques, porteur de revendications, moi,
Jean-Claude Bidot, je vous aime bien, merci beaucoup. Je vais essayer de mettre
de l’eau aux moulins d’Ardèche, d’ailleurs et de partout.
Vivent ceux qui se mettent en selle !
Jean-Claude Bidot, artiste brut, décabosseur, alchimiste du rebut et aussi
souvent embellisseur de merdes.

Jean-Claude Bidot (2 mars 2007)

Hommage aux mystères de la dynamique
du principe vital universel
et à son aboutissement de pleine conscience.
Dans un voyage intérieur de lumière changeante d’instant en instant, un carré
 tellurien bien vivant se transforme. D’énergie en énergie, un déploiement
 magique éclate en couleurs pures, rouge rubis
 flamboyant, bleu profond, doux saphir, blanc, espace temps infini
 omniprésent, où tout peut à la fois émerger et se refléter. Formes
géométriques rigoureuses et évolutives s’opposent ou
 s’unissent à des glacis successifs, voiles, brumes émotionnelles, complexité
 inextricable du mental. Par des brèches, des passages ou
 de larges ouvertures émerge une présence immobile et paisible qui, dans
 certaines toiles est affirmée.
 Les titres des oeuvres sont évocateurs
d’un certain goût laissé en mémoire par des expériences vécues
dans le processus de conscience.
 Michèle Radix. (3 mars 2007).
 
 .
.
C’était un cinéaste ( Jacques Tati) qui avait un grand sens du comique.
Mais le plus grand pour moi reste Buster Keaton.
Mon ami l’auguste Jimmy Beck avait pu travailler avec lui quand Keaton était venu au cirque Médrano dans les années 50.
Il était épaté par ses prouesses techniques comme le fut d’ ailleurs mon ami Willy Dario.
Eléanor Keaton m’a appris que Buster avait été enterré avec dans sa poche un jeu de cartes.
C’était lui qui lui avait demandé en lui disant « Après tout, je ne sais pas sur qui je peux tomber…. »
Mots de Pierre Etaix.
.
.
.
Faire vrai consiste […] à donner l’illusion complète du vrai, suivant
la logique ordinaire des faits, et non à les transcrire servilement
dans le pêle-mêle de leur succession.
J’en conclus que les Réalistes de talent devraient s’appeler plutôt des Illusionnistes.
Citation de Maupassant (Préface à Pierre et Jean).
.
.
 » Cette peinture digitale à l’huile dite « primale » permet une
richesse de formes, de couleurs et de mouvements qui dépasse l’entendement,
elle offre sans tenir compte des différences psychiques ou comportementales
une opportunité de reconnaitre en soi et sans cesse un espace créatif insoupçonné.
Cette peinture aux doigts ouvre des horizons intérieurs qui découlent
bien souvent dans la joie du partage et le plaisir de créer.
Les atouts majeurs de cette technique artistique novatrice sont « Voir et Découvrir »
et cela se passe en vérité, de tous commentaires restrictifs ou académiques. »
Amano, peintre digital. (10 mars 2007).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s