Oops ! 8 janvier 2008 – Honoré DAUMIER

LA CARICATURE SELON HONORE DAUMIER

Les parlementaires.


DAUMIER-Alexandre Le Comte

DAUMIER-Cunin-Gridaine

DAUMIER-Antoine ODIER

Alexandre Le Comte

 

Laurent Cunin, dit Cunin-Gridaine (1778-1859)
député des Ardennes, ministre du Commerce

Le Mauvais

Associé de Gridaine, son beau-père fabricant de draps, il est élu en 1827 député de Mézières et siège aux côtés de La Fayette. Opposé au cautionnement des journaux il fait partie des 221 opposants au régime de Charles X. Après 1830, il acquiert une grande importance politique. Il est ministre dans les cabinets Soult puis Guizot en octobre 1840. Il est, dit-on, « le Thuriféraire de toutes les mesures rétrogrades ». Le Charivari du 24 avril 1833 le décrit comme ne parlant jamais et ayant l’air de ne pas penser davantage. Il quitte la politique en 1848.

Antoine Odier

 

DAUMIER-Baron Joseph de Podenas

DAUMIER-Charles Guillaume Etienne

DAUMIER-OOPS

Baron Joseph de Podenas

 

Charles-Guillaume Etienne (1777-1845)
député de la Meuse, pair de France

Le Vaniteux

Auteur dramatique et directeur du Constitutionnel, membre de l’Académie française sous Napoléon Ier, il est révoqué en 1815. Libéral, il siège à gauche comme député de la Meuse en 1822, 1827, 1828. De nouveau député après la révolution de 1830, il soutient les gouvernements jusqu’au ministère Molé entre 1836 et 1839. Il s’allie alors au centre-gauche. Il est nommé pair de France en 1839. Selon Le Charivari du 20 septembre 1833, « Le député de la Meuse dort à la Chambre comme il dort à l’Institut. Il ne s’éveille qu’aux heures des repas ; mais alors, il retrouve toute ses capacités intellectuelles, dont la plus remarquable est d’une étourdissante loquacité. Aussi un homme d’action a dit de lui : « C’est un estomac disert. » Malheureusement, la digestion ne tarde pas à le plonger […] dans cet état de torpeur où le représente […] M. Daumier. »
          Charles Philippon

DAUMIER-Comte Antoine Maurice Apollinaire

DAUMIER-Félix Barthe

DAUMIER-Falloux

Comte Antoine Maurice Apollinaire

 

Félix Barthe (1795-1863)
député de la Seine, ministre de l’Instruction publique, garde des Sceaux, sénateur

L’important personnage

Arrivé de Toulouse à Paris il se fit connaître en faisant traduire en conseil de guerre le coupable du meurtre de l’étudiant Lallemand, abattu devant le Palais Bourbon au cours d’une rixe provoquée par la discussion d’un projet de loi. En 1827 il fut membre de la société jacobine Aide toi, le ciel t’aidera. Il fut présent à la réunion des avocats libéraux chez Dupin Aîné le 26 juillet 1830 affirmant les ordonnances signées par Charles X contraires à la Charte de 1814. D’abord libéral, ministre de l’Instruction publique puis de la Justice, il réforma le code pénal accordant aux tribunaux davantage de liberté dans l’application de la peine. Mais il réprima les délits de presse. En 1834 il présenta la loi sur la censure et les associations politiques. Les petits journaux prétendaient que son strabisme permettait de surveiller à la fois les carlistes et les républicains. La Caricature du 18 juillet 1833 en fait le portrait suivant : « A ces yeux louches, à ce sourire faux, à cette tournure épaisse, à cette figure outrecuidante, vous devinez que ce ministre est Barthe. Il n’y a guère qu’à l’administration de la justice en France, que vous auriez de la peine à reconnaître l’ex-carbonaro de la Restauration ; mais que voulez-vous ? C’est comme ça que la monarchie les aime. »

Inconnu, dit Frédéric-Alfred-Pierre vicomte de Falloux du Coudray
(1811-1885)
député du Maine-et-Loire,
ministre de l’Instruction publique et des Cultes

Un Malin

Falloux est issu d’une famille bourgeoise anoblie par Charles X. Il est proche des catholiques libéraux tels que Montalembert et Lacordaire. En 1846 il est élu à la Chambre. En décembre 1848 il deviendra ministre de l’Instruction publique dans le gouvernement d’Odilon Barrot. Il se retirera de la politique sous le Second Empire. L’identité du personnage représenté reste une énigme. Il est en fait douteux qu’il s’agisse ici de Falloux – qui avait vingt-deux ans en 1833 -, si l’on en juge par les traits du personnage, à moins qu’il ne s’agisse du père de Falloux.

DAUMIER-Jacques Lefebvre

DAUMIER-Jean Pelet de la Lozere

Jacques Lefebvre

Jean Pelet de la Lozére

  » Notre temps n’est pas celui où Daumier passerait six mois en prison pour la caricature de Louis Philippe en Gargantua (qui était aussi souvent représentésous la forme d’une poire). La prison politique, sous la monarchie de Juillet, n’était pas d’ailleurs une condition de forçat. Mais la plus grande différence qu’il y ait entre notre régime politique et ceux sous lesquels vécut Daumier, est bien plus grave, si on y réfléchit. Notre époque peut tout caricaturer, tout tourner en dérision sans que le pouvoir s’en émeuve. Au contraire, il applaudit. La raison en est simple.
Au temps de Daumier, la politique n’aimait pas trop qu’on se mêle de ses affaires et ne prisait pas la publicité. On voit qu’à notre époque c’est, bien sûr, tout le contraire ! Peu importe ce que l’on dit de vous , l’essentiel est que l’on ne vous oublie pas. « 
Propos extraits de l’article d’ Alain Calonne ; Honoré Daumier dans le ventre législatif (à l’occasion d’une exposition au Palais Bourbon : Daumier et les parlementaires); Valeurs de l’art, Nov-déc 1996
Daumier passait par le volume avant de produire sur le papier les caricatures des politiques de son temps ; il modelait donc ses personnages de mémoire lorsqu’il revenait de l’Assemblée Nationale. Baudelaire célébra cette « mémoire quasi divine qui lui tient lieu de modèle ». Et Balzac, qui collaborait dans le même journal qu’Honoré Daumier, s’exclama :  » Ce gaillard-là a du Michel -Ange dans la peau « .
Après la mort de l’artiste, les bustes furent abandonnés dans la cour de sa maison de Valmondois et vendus à vil prix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s