Oops ! 11 decembre 2008- Toulouse-Lautrec

Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa,
(1864-1901)

Nota: Quelques travaux présentés ici sont peu connus.
Ils éclairent ses débuts et sont moins montrés.
Ils proviennent d’une bibliothèque personnelle.

Lautrec au moulin rouge

Fils d’Alphonse, comte Alphonse de Toulouse-Lautrec-Monfa (1838-1913) et d’Adèle Tapié de Celeyran (1841-1930), il grandit entre Albi, le château du Bosc (demeure de ses grands-mères) et le château de Celeyran.

L’incompatibilité d’humeur entre les deux époux entraîna leur séparation et Henri resta sous la garde de sa mère. Il eut une enfance heureuse jusqu’au moment où, par suite de la consanguinité de ses parents, débuta en 1874 une maladie qui affectait le développement des os, la pycnodysostose.

En juillet 1881 Henri échoue au baccalauréat. Il décida de devenir artiste. Soutenu par son oncle Charles et René Princeteau, ami de son père et peintre animalier, il finit par convaincre sa mère. Incapable de participer aux activités qu’un corps normal aurait permises, Toulouse-Lautrec vécut pour son art. Il devint un peintre du postimpressionnisme, un illustrateur de l’Art nouveau et un remarquable lithographe ; il a croqué le mode de vie de la Bohème parisienne à la fin du XIXe siècle. Au milieu des années 1890, il a contribué par des illustrations à l’hebdomadaire humoristique Le Rire.

On le considérait comme « l’âme de Montmartre », le quartier parisien où il habitait.

LAUTREC-Aristide Bruant

Ses peintures dépeignent la vie au Moulin Rouge et dans d’autres cabarets et théâtres montmartrois ou parisiens, il peint Aristide Bruant ainsi que dans les maisons closes qu’il fréquentait.

La goulue et deux femmes
Jane et deux femmes

Trois des femmes bien connues qu’il a représentées étaient Jane Avril, la chanteuse Yvette Guilbert, et Louise Weber, plus connue comme La Goulue, danseuse excentrique qui créa le « cancan ».

Toulouse-Lautrec donnait des cours de peinture, et il encouragea les efforts de Suzanne Valadon, un de ses modèles.

Alcoolique pendant la plus grande partie de sa vie d’adulte, il entra dans un sanatorium peu avant sa mort à Malromé,  à près de 37 ans.

Après la mort de Toulouse-Lautrec, Maurice Joyant son ami intime, son protecteur, marchand de tableaux voulut mettre en valeur son œuvre avec l’accord de la comtesse de Toulouse-Lautrec, ils donnèrent les fonds nécessaires pour qu’un musée fût construit à Albi, ville où naquit l’artiste. La comtesse Alphonse de Toulouse-Lautrec (1841-1930) et Maurice Joyant (1864-1930) offrirent leur superbe collection de tableaux au musée Toulouse-Lautrec d’Albi.

On dit que Toulouse-Lautrec est un artiste génial dont les remarquables capacités d’observation se sont accompagnées d’une sympathie profonde envers l’humanité.

Malgré une vie courte et marquée par la maladie, l’œuvre du peintre fut très vaste : le catalogue raisonné de ses œuvres publié en 1971 énumère 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies (y compris les affiches) et environ 5 000 dessins.

Au début de sa carrière il peignit quelques nus masculins comme exercices, mais ses meilleurs nus représentent des femmes. En général il préférait partir d’ébauches, mais beaucoup de ses nus doivent avoir été faits d’après nature. D’habitude ses modèles ne sont pas de belles jeunes filles, mais des femmes qui commencent à vieillir. Pour peindre ce genre de tableaux il s’inspirait d’Edgar Degas.

Etude de nu

Il ne cessait de dessiner : quelques dessins sont des œuvres en eux-mêmes, mais beaucoup sont des ébauches pour des peintures ou des lithographies. Quelquefois ses dessins ressemblaient à des caricatures qui, en quelques traits, rendaient un geste ou une expression.

La Blanchisseuse

La Blanchisseuse

N’ayant pas besoin d’exécuter des œuvres sur commande, Lautrec choisissait des sujets qu’il connaissait bien ou des visages qui l’intéressaient et, comme il fréquentait des gens de toute sorte, ses tableaux couvrent une vaste gamme de classes sociales : nobles et artistes, écrivains et sportifs, médecins, infirmières et figures pittoresques de Montmartre.

LAUTREC-La Blanchisseuse-2- 1889

La blanchisseuse

Femmes dénudées

Femmes dénudées

Beaucoup de ses tableaux montrent des prostituées parce qu’il les considérait comme des modèles idéaux pour la spontanéité avec laquelle elles savaient se mouvoir, qu’elles fussent nues ou à moitié habillées.

Il peignait leur vie avec curiosité, mais sans moralisme ni sentimentalisme et, surtout, sans chercher à leur attribuer le moindre caractère fascinant.

TOULOUSE-LAUTREC-le salon-li Le salon de la rue des Moulins

Lautrec devant son tableau - le salon de la rue des MOULINS

Devant son tableau

LAUTREC-Portrait de Vincent Van Gogh
Portrait de Vincent Van Gogh

http://fr.wikipedia.org/wiki/Toulouse-Lautrec

(Le texte qui suit est de Claude Barjac.
Il a paru initialement dans le  Larousse Mensuel en avril 1922.)

Dès son enfance, Lautrec avait été le familier d’un atelier de peintre et plus précisément un peintre de chasses, de chevaux et de chiens, René Princeteau. Princeteau n’était sans doute pas un grand peintre mais, chez lui, Lautrec rencontra des artistes et trouva des modèles. Il se mit à peindre et à dessiner les chevaux qu’il ne pouvait pas monter et, quand Princeteau vit les dispositions qu’il montrait, il lui choisit un maître : ce fut Bonnat.

«Son maître d’élection, écrit Gauzi, était Degas ; il le vénérait. Ses autres préférences parmi les modernes allaient à Renoir et à Forain. Il avait un culte pour les anciens Japonais ; il admirait Vélasquez et Goya et, chose qui paraîtra extraordinaire à quelques peintres, il avait pour Ingres une estime particulière.»

L’œuvre de Lautrec est abondante et diverse.

LAUTREC-Euh ! Euh!

Il commença par peindre des chevaux, des chiens, des artilleurs et des moines. Quand il connut le Moulin-Rouge, il voulut l’exprimer sur la toile, avec ses danses, son bruit, son mouvement, ses lumières aussi et ses brumes, ses couleurs livides et ses fards, sans se soucier du goût ou de l’opinion du public, attentif seulement à rendre ce qu’il voit, ce qu’il sent. Le trait de Lautrec est âpre et incisif ; il deviendra toujours plus mordant.

Euh! Euh!

LAUTREC-Le cirque Fernando - L'Ecuyere

C’est l’Écuyère au cirque Fernando, c’est le Quadrille au Moulin-Rouge, c’est le Départ de quadrille,

Jane Avril - Estampe

c’est Jane Avril, c’est la Goulue. Toutes ces scènes de bal ont été faites d’après des spectacles vus, d’après des croquis exacts. Lautrec observe d’abord ; il travaille ensuite. Les sujets dans ces foules interlopes ne lui manquaient pas. Il les reproduit sans rien sacrifier à l’anecdote, à la sensiblerie, à l’obscénité ou à la blague.

Il sentait la misère de la vie qui s’agitait sous ses yeux, et l’on ne peut pas ne pas penser à Baudelaire, quand on voit les tableaux où il exprime cette misère.

LAUTREC-A la MIE

 

A la Mie

 

On a dit déjà que Lautrec aimait le cirque. Il y prit de nombreux modèles. Les clowns, les acrobates, les écuyers le ravissaient, et il s’enchantait devant les pantomimes de Footit et de Chocolat qu’il dessina de façon inoubliable.

LAUTREC-Le clown Footit - 1899Le clown Footit

LAUTREC-Lender et Auguez

LENDER et AUGUEZ

De même, s’il s’ennuyait au théâtre, les physionomies et les tics des acteurs le passionnaient et, tour à tour, il fit revivre Sarah Bernhardt, Guy et Méaly, Réjane et Brasseur, Antoine et Judic, Lavallière et Baron, Mme Caron, Mme Bartet,

TOULOUSE Lautrec-OOPS

Mlle Marcelle Lender surtout. Au café-concert, il prit danseuses et diseuses, mais il préféra Yvette Guilbert, à qui il consacra les pages de deux albums.

http://www.udenap.org/tl/toulouse_lautrec_bio.htm

Au moulin rouge

Au Moulin Rouge

LAUTREC-Gueule de bois-la buveuse
Gueule de bois – La Buveuse

LAUTREC-La clownesse c_cha_u_kao

La clownesse

LAUTREC-La clownesse CHA-U-KAO- 1895

 

LATREC-Maxime Dethomas-Au bal de l-opéra

Maxime Dethomas

 

 

LAUTREC-La Modiste

La modiste

 

LAUTREC-Rousse - La toilette

Rousse à la toilette

 

 

 

Une réflexion sur “Oops ! 11 decembre 2008- Toulouse-Lautrec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s