Oops ! 6 octobre 2008 – DÜRER et la mélancolie

Peintre, sculpteur, mathématicien, Albrecht DÜRER

            Albrecht Dürer, né le 21 mai 1471 et mort en 1528 à Nuremberg est un  peintre, graveur et mathématicien allemand.

Albrecht Dürer est le troisième enfant d’Albrecht Dürer l’Ancien, orfèvre originaire de Hongrie et arrivé à Nuremberg en 1455. Selon la tradition familiale, Albrecht est lui aussi destiné au métier d’orfèvre.

durer-13ans

   Autoportrait réalisé à 13 ans !

À 13 ans, il en devient donc l’apprenti pendant 3  ans  et apprend à se servir du burin et de la pointe. Voyant les dons de son fils pour le dessin, Albrecht    l’ancien lui donne la permission d’entrer dans l’atelier d’un peintre. C’est ainsi qu’en 1486 il devient l’apprenti de Michael Wolgemut, avec qui il apprend à manier la plume et le pinceau, à copier et dessiner d’après nature, à réaliser des paysages à la gouache et à l’aquarelle et également à peindre à l’huile. Il se familiarise également avec la technique de gravure sur bois. Il est très influencé par Martin Schongauer. En 1491, il entreprend un voyage à Colmar pour rendre visite à l’artiste, mais celui-ci meurt le 2 février 1491 alors qu’Albrecht est encore en route. Il n’arrivera à Colmar qu’en 1492.

En 1494, il rentre à Nuremberg pour se marier avec Agnès Frey, selon le désir des deux familles. Après avoir effectué son tour de compagnon à travers la France et l’Allemagne, il séjourne à deux reprises à Venise, en 1494 puis en 1505. Ce séjour le marque profondément. On lui fait alors la commande d’un retable pour l’autel de Notre-Dame, dans l’église nationale de la colonie allemande à San Bartolommeo. En 1507, Dürer rentre à Nuremberg et entreprend d’étudier les langues et les mathématiques.

En 1512, il reçoit une pension de l’empereur Maximilien de Habsbourg avec titres de noblesse en devenant le peintre de la cour. Il en fait le portrait. À sa mort, il entre au service de Charles Quint. En 1526, il peint Les Quatre Apôtres.

Il écrit des livres parmi lesquels « Les Règles de la Peinture » ou le « Traité des proportions du corps humain » publié en 1525 et traduit par Loys Meigret en 1557. Il illustre plusieurs ouvrages, tels que « l’Arc triomphal » et le « Char triomphal de Maximilien », « la Passion de J.-C », « l’Apocalypse », « l’Histoire de la vierge Marie », et « La nef des fous » de Sébastien Brant.

Il eut Barthel Beham, Hans Süss von Kulmbach, Hans Baldung comme élèves.

Painting of the Castel by Albrecht DŸrer

Painting of the Castel by Albrecht DŸrer

               Aquarelle (Elle date de 500 ans !), incroyablement moderne!

DURER-002710
Encre (d’un réalisme surprenant!)

DURER-OOPS
Dessin – (1514)

DURER-002810
Dürer, le graveur

Rappelons que son maître Michel Wolgemut est « responsable de la publication de deux ouvrages xylographiques: le Schatzbehalter (ou thesaurus religieux) et la Chronique de Nuremberg, une sorte de précis historique publié en 1493 avec six cent cinquante-deux bois gravés comprenant trois cents personnages différents ( deux cent soixante-dix rois, vingt-huit papes et une riche série de vues de villes, de paysages et de monastères) ». En 1490 il part pour faire son apprentissage, en 1494 il rencontre Vitruve et inclut le canon des proportions dans ses œuvres gravés.

DURER-Melencolia_Ii
Dürer, le mathématicien

 Déjà artiste accompli, Dürer se rend en Italie en 1494 et rencontre Jacopo de’ Barbari qui l’initie au rôle des mathématiques dans les proportions et la perspective. Dürer se plonge alors dans les Éléments d’Euclide et le traité De architectura de Vitruve. Il s’instruit aussi dans les travaux d’Alberti et Pacioli. Il met en pratique ses nouvelles connaissances dans ses œuvres artistiques. Pour construire sa gravure Adam et Ève, il prépare son œuvre par un faisceau de droites et de cercles. Il analyse et développe la nouvelle théorie de la perspective notamment dans ses illustration pour La Vie de la vierge. Le goût d’Albrecht Dürer pour les mathématiques se retrouve dans la gravure Melancholia , tableau dans lequel il glisse un carré magique, un polyèdre constitué de deux triangles équilatéraux et six pentagones irréguliers. Il s’intéresse aussi aux proportions (proportions du cheval et proportions du corps humain).

DURER-0018_10
Détail du carré magique en haut à droite.

Clin d’oeil:
1514 (Date de création de l’oeuvre)

Présence des symboles ésotériques (compas, balance, sablier…….), d’un carré magique (clin d’oeil), composition sur la diagonale, représentation d’une comète qu’a vu Dürer. Présence d’une chauve-souris, d’un chien, d’un angelot, d’une cloche, d’un rabot, d’une sphère, d’une échelle. On dirait une liste à la « Prévert ». Les interprétations sont innonbrables (voir Internet).

Il commence à rassembler de la documentation pour rédiger un grand ouvrage sur les mathématiques et ses applications dans l’art. Ce mémoire ne paraîtra jamais mais les matériaux rassemblés lui serviront pour ses autres traités. Son œuvre mathématique majeure reste les Instructions pour la mesure à la règle et au compas (1538), qui développe en quatre livres les principales constructions géométriques comme la spirale d’Archimède, la spirale logarithmique, la conchoïde, l’épicycloïde, le limaçon de Pascal, des constructions approchées des polygones réguliers à 5, 7, 9, 11 ou 13 côtés et de la trisection de l’angle et de la quadrature du cercle, des constructions de solides géométriques (cylindre, solides de Platon..), une théorie de l’ombre et de la perspective. Il laissera son nom sur un perspectographe simple à œilleton.
DURER2

La géométrie descriptive (à l’origine de la morphométrie) nécessaire à la représentation des corps dans l’espace, initiée par Dürer sera reprise, deux siècles plus tard, par Gaspard Monge qui en fera un développement complet et artistique.

Entre autres sources:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Albrecht_D%C3%BCrer

 

Une réflexion sur “Oops ! 6 octobre 2008 – DÜRER et la mélancolie

  1. Bonjour, Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.        Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine. La Page No-6: DÜRER ! Mathématicien et Peintre. THÉORÈME DE DÜRER ! La souffrance influence-t-elle la durée de vie ? Cordialement Clovis Simard

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s